Voyage de Pascal 2ème partie

 

 

 

J’ai également passé 2 jours à Dschang pour retrouver Dario, l’étudiant en école d’ingénieur agricole. Dario est en 3ème année, au moment de la visite, il passait le niveau licence, (j’ai appris par la suite qu’il l’avait obtenu haut la main). Discuter avec Dario est toujours très agréable, c’est un grand jeune homme qui a conservé son joli visage d’enfant souriant. Ses grands yeux semblent vouloir tout dévorer tant il est curieux du mond

e. Il a de multiple talent, sportif, culturel, académique… Rien ne semble pouvoir lui résister et pourtant, il conserve s une grande humilité et il se sait redevable de la kentaja.

Dario m’a fait visiter les champs expérimentaux de son école, il est intarissable, et puis je l’ai vu avec ses camarades. Dario est fédérateur et il prend un amical ascendant sur tous. Par sa gestuel, ses regards, son calme. Il en est conscient et le travaille sans esprit manipulateur.

Comme Michel, il va se « jeter »dans la production agricole pour Kentaja, il a déjà mille idées et projet.  Bien sûr, on ne pas parler de Dario sans parler d’Audrey, sa jeune femme, mère des jumeaux David et Daniel sur lesquelles Sylvie veille dans l’attente que leur parents puissent les prendre avec eux. Audrey est enjouée, attentive et douce, elle va mettre ses qualités au service des autres et devenir infirmière.

Il a d’autre anciens kentajistes qui cogitent aussi des projets et qui vont peut-être bientôt se révéler.

Nous connaissons déjà Cyril, ancien kentajiste et neveu de père Michel. Cyril est grand et fort, il a une voix posé et profonde qui incite son interlocuteur au respect. C’est un jeune homme qui a besoin d’être challengé pour donner le meilleur de lui-même. Cyril a pris en charge le projet de pisciculture à bandsuidjong. Ce projet a tout pour être une réussite : le site, un cours d’eau pour alimenter les étangs, le climat… Avec le renfort du père Michel, rompu à ce genre de défis, toutes les chances sont de son coté. On attend avec impatience l’arrivé se ses premiers gros poissons. On espère très bientôt voir Nina à ses côtés pour l’épauler et accueillir des enfants.

Il y a aussi Serge, le cuisinier. Serge est de petite taille mais avec de large épaule, le sourire toujours aux lèvres. Serge est  artiste, il aime jouer du piano, il chante à merveille et il est sensible à la beauté, et il aime bien s’apprêter de la plus belle des manières. Quand il se met au fourneau, il a toujours à cœur d’enchanter les convives. Il a déjà une expérience de cuisinier dans un restaurant. Adonis et père Michel vont lancer, avec lui un restaurant kentaja qui sera approvisionner par les plantations kentaja. Il partage sa vie avec Merveille, sa jeune et timide femme avec qui ils ont eu la petite Divine. Merveille sera au côté de Serge pour la tenue du restaurant.

 

Sur le chemin de retour, je mesuis arrêté à Loum chantier gare, fief de Moussa. Moussa, c’est l’homme carré, le visage d’apparence dur qui abrite un regard sensible et intelligent, il connait bien les travaux des champs et il aime se frotter aux travaux de force, c’est un homme à qui il faut donner des travaux à la hauteur  de ses capacités. Moussa est né dans cette région et il y conserve famille et amis.
A notre halte à Loum, nous a rejoint Matthias, un planteur local de 15 hect de poivre blancs, de papaye et de cacao. Moussa a travaillé avec bonheur pendant 5 ans avec Mathias et on sent une complicité entre les 2 hommes.  Cette terre est très souple, presque spongieuse, et à l’intérieur, on trouve de nombreuses pierre de pouzzolane. C’est très certainement l’une des meilleures terres du Cameroun, et elles  sont environnées par les grandes plantations de bananes douces destinées à l’exportation. J’ai été émerveillé par la vitalité des plantes dans cet environnement : bananier géant, feuille de macabo géante, poivrier centenaire, c’est un petit paradis sur terre, sans parler des oiseaux et papillons.

Il y a eu aussi Blaise le mécanicien, Steeve un menuisier, et peut-être d’autre  qui, un jour, vont s’affirmer et pouvoir proposer un projet qui s’insère dans la galaxie Kentaja.
Le dernier jour, avant de prendre l’avion, malgré la fatigue et une chaleur  humide intense, j’ai passé un merveilleux moments avec les anciens kentajistes. J’ai trouvé qu’ils avaient muris et que leur association devenait plus consistante, on sent la fraternité kentaja vivace et qui va leur ouvrir un avenir solidaire

 

Mon séjour est passé bien entendu chez Adonis et Cathy à Massangam.  Le couple, plus uni que jamais est solide et soutient énormément kentaja. Adonis, bien que très pris par sa tâche de chef de district et directeur d’hôpital, arrive à organiser et manager son équipe.

 

Une nouvelle fois, je rencontre des personnes complètement donné, qui ne compte pas leur peine, et qui savent voir dans les évènements, même les plus sombres, le chemin qu’ils doivent suivre. Une nouvelle fois, mon voyage au Cameroun est pour moi une leçon de vie. Merci à vous tous.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.