Edito sept 2019

Voici déjà  la rentrée pour Kentaja, beaucoup d’évènements et peu de nouvelles de notre part.Nous avons vécus des moments intenses et nous attendions des dénouements ou du répit qui ne venaient pas. Nous allons vous raccrocher aux wagons…

Michel 2018 / 2019

Du mouvement dans les centres, avec  un retour aux sources pour Michel Aymélé qui prend la direction de Bakou. Colette Kenko le rejoint comme éducatrice, et Emilia Nganje comme cuisinière. A Nkongsamba, Anne-Marie Dassi, jusque-là infirmière à Bakou, devient directrice adjointe, Sylvie Youmou reste directrice, il y a aussi une nouvelle personne, Claire qui va s’occuper de Victor, handicapé physique et d’une personne agée. Et la cuisinière reste Marie Louise. Edwige intègre aussi Nkongsamba en tant qu’animatrice culturel.

A Bandsuidjong, c’est la jeune Nicaise Nanda, elle aussi ancienne Kentajiste qui devient directrice de l’école et éducatrice des enfants. Félicitation à elle, nous lui souhaitons réussite. Hyppolyte, quant à lu,i prend en charge la responsabilité de l’élevage, et la cuisinière est Christelle Kombou.

Sylvie et quelques enfants

Nous souhaitons à cette belle équipe une bonne rentrée et nous vous assurons  de notre plein soutien. De tout cœur avec vous, chers amis.

Aux parrains, je voulais lancer un appel : je me souviens que certains d’entre vous étaient restés aux parrainages par chèque. C’est vrai que le virement  soulage le  travail et évite des erreurs.

Mais d’un autre coté, l’une d’entre vous m’avait confié, que faire un chèque c’était engageant et c’était un rappel mensuel du lien avec les enfants. Cela permettait une fois de temps de se poser des questions. Une des questions est que le coût de la vie augmente au Cameroun de quelques pourcents tous les ans et que notre don, lui n’augmente plus. Mon appel n’est pas un jugement, ne veut pointer personne et veut respecter les situations particulières de chacun. Mais pour exemple si nous donnions 10 000 € il y a 10 ans, aujourd’hui cela correspondrait à donner 12 189 € sur une base de 2% d’inflation.  Merci d’y réfléchir et encore une fois, il n’y aucun jugement de notre part et je suis toujours touché par la  fidélité sécurisante pour les enfants dont vous faites preuve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.