Sonia nous raconte la sortie à Bandzuidjong

Developpement BandzuidjongCette journée a lieu après la fête du Jubilé, le lundi 18 aout. Nous sommes encore dans l’ambiance joyeuse des retrouvailles et des rencontres.
Jeanne-Marie sera la victime du jour de la gastro et ne pourra se joindre au groupe. Après le petit déjeuner habituel, nous partons pour une fois dans les délais impartis dans 2 voitures, celle de l’évêque et celle du père Michel.
La voiture de l’évêque est un minibus de 9 places pas forcément conçu pour la piste. Mais Sébastien et Antoine, grâce à leur talent sauront nous emmener au bout de cette piste longue et exigeante mais aux paysages au combien verdoyants et magnifiques. L’autre véhicule subira l’éclatement du pneu arrière droit. Le temps de le changer et nous sommes repartis.Aujourd’hui, pour les villageois, c’est jour de fête. Le fils du pays, père Michel vient accompagné des bienfaiteurs français et espagnols.
Nous sommes accueillis au son des chants, des tam-tam et des sifflets par les femmes du village qui arborent leur plus belle tenue pour l’occasion. Pris dans l’ambiance, nous entrons dans la danse avec elles !
Ensuite nous nous installons dans la salle des fêtes, un hangar flambant neuf, lieu central du village dans lequel se passent tous les moments vitaux du village : justice, administration, décisions, fêtes, informations.
Aux places d’honneur, le chef du village vieil homme plein de sagesse, à ses côtés, père Michel et père Fernandez, prêtre espagnol. Un peu plus loin, le régent qui, un peu comme le premier ministre anglais, possède tous les pouvoirs, mais ne représente pas l’âme de son village.
Un jeune homme démarre la rencontre, c’est le secrétaire du comité de développement de Bandzuidjong, dont le président n’est autre que le père Michel. Il est originaire du village mais, comme beaucoup d’autres jeunes du village, il est parti chercher du travail à la ville. Il ne reste au village que les anciens et Bandzuidjong perd peu à peu de sa vitalité.

…le jeune homme scande « Développement !!! » et nous répondons « Bandzuidjong !!! »…

Tout au long de son discours, le jeune homme scande « Développement !!! » et nous répondons « Bandzuidjong !!! ». Pour que ce vœu se réalise, il va falloir que la jeunesse revienne au pays et c’est ce que les responsables du village espèrent de la Kentaja via la réouverture du centre d’accueil et le lancement d’un projet agricole d’envergure.12 bananiers du développement
Père Michel est appelé à un discours puis c’est le tour de père Fernandez et de Pascal.
Pour conclure les discours, les femmes du village nous invitent à nouveau à danser avec elles.
Nous sortons ensuite pour une ballade à travers le village pour visiter différents lieux.
D’abord les bâtiments du centre d’accueil qui sont aujourd’hui fermés car ravagés par les termites.
L’association et les villageois collectent des briques de terre dans l’objectif de reconstruire à l’emplacement même des bâtiments actuels.
Nous visitons ensuite la plantation de bananiers et nous rendons sur le futur emplacement de la ferme.
Au cours de la visite, je suis amenée à refuser les avances du sous-chef qui me tourne autour. Un accompagnateur m’explique que s’il prend ma main, je suis dans l’obligation de le suivre à la case et de rester vivre sur place ! Je lui ai gentiment expliqué que chez nous, la tradition veut que l’on demande la permission à sa dulcinée avant de lui prendre la main!

…que s’il prend ma main, je suis dans l’obligation de le suivre à la case et de rester
vivre sur place !…

De retour dans la salle des fêtes, nous partageons un succulent déjeuner à base de macabo, plantain, poissons grillés, poulets grillé coockie, couscous sauce arachide, concocté par les villageoises et des jeunes kentajistes originaires de Bandzuidjong.
Le repas s’achève dans la précipitation car l’orage menace. Nos chauffeurs savent qu’en cas de pluie, la piste deviendrait impraticable et que nous serions bloqués pour la nuit.
La nuit tombe et les chauffeurs sont pressés d’arriver. Ils n’entendent pas nos demandes de ralentir malgré le peu de visibilité. Il connaissent bien la route. Mais se présente un dos d’âne oublié, coup de frein, mais trop tard pour le prendre à bonne allure. Nous prenons le dos d’âne à vive allure : la rangée de siège arrière se détache et nous nous trouvons projetés vers l’avant. Les passagers du coffre rebondissent au plafond et atterrissent sur la rangée de siège. Heureusement, nous nous en tirons avec plus de peur que de mal !
Nous arrivons à l’aviation fatigués, mais encore animés par la joie de l’accueil qui nous a été réservé par les habitants de Bandzuidjong !

Bandzuidjong est bien configuré pour accueillir un centre de formation,
de production et de recherche agricole

Cette visite nous confirme que Bandzuidjong est bien configuré pour accueillir un centre de formation, de production et de recherche agricole. Terre disponible et fertile, végétation luxuriante, climat favorable, et surtout des villageois accueillants. L’isolement du site est aussi une protection pour les jeunes contre les mauvaises tentations.

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Je retiens de cette rencontre du 18 août 2014 au village Bandjuidjong un moment de grande joie du peuple Bandjuidjong de rencontrer en face ses bienfaiteurs, les amis de la KENTAJA. En tant que modérateur de cette rencontre, je puis vous assurer du bonheur profond qui pouvait se lire sur le visage de notre chef et ses notables. Grande joie partagée par nos visiteurs qui ne s’attendaient pas à un accueil aussi chaleureux comme l’a exprimé le doyen du groupe.
    Nous disons KENTAJA EN AVANT.

    Petit rectificatif: Il s’agit du village Bandjuidjong et non Bandzuidjong

    Le Secrétaire national du comité de développement Bandjuidjong

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.